Assassination Classroom: l’art de bien apprendre en tuant.

    En terme de shônen d’enseignement, le manga a une référence ultra connue et fameuse : GTO (Great Teacher Onizuka). Ce manga reste dans les esprits pour ceux qui l’ont lu comme Dragon Ball est une référence pour les shônen type Naruto ou One Piece. Avec son humour décalé et sa volonté d’être à la fois humoristique et sérieux, Assassination Classroom se place en héritier de GTO tout en se voulant original. Il y a actuellement 13 tomes de sortis en France mais la parution japonaise  a déjà clôt les aventures de M.Koro et sa classe.  Est-ce une réussite pour autant?

Synopsis :

Un jour, des membres du gouvernement ont débarqué dans la classe des élèves en échec du célèbre collège Kunugigaoka. Ils sont arrivés escortés d’une créature tentaculaire prétentieuse. Elle a des raisons de l’être, car elle vient juste de réduire en poussière 70 % de la Lune. Comme son œuvre suivante est l’anéantissement de la Terre, elle est venue annoncer son projet à l’humanité. La réaction de celle-ci a été des plus saines : tenter d’éliminer la créature avant qu’elle n’accomplisse son projet…

Seul bémol, elle se déplace à une vitesse hypersonique. Aucune armée d’élite ni aucun sniper chevronné ne sont parvenus à atteindre une cible aussi rapide. À court de solutions, les gouvernements de la planète ont décidé de confier la lourde tâche de l’élimination de cette menace à la classe de 3e E.

En effet, pour une raison encore mystérieuse, la créature a désiré devenir le professeur de cette classe en particulier. Les élèves d’abord déconcertés vont accepter de jouer le jeu à l’annonce des 100 milliards de yens de récompense. La classe de 3e E reste composée malgré tout de tueurs improvisés. Depuis, les élèves doivent comploter quotidiennement pour trouver un moyen d’éliminer leur curieux professeur titulaire avant la fin de l’année scolaire. Cette étrange créature à l’apparence de poulpe est devenue leur cible à abattre !

Il faut alors faire preuve d’ingéniosité pour tuer un prof qui se déplace à Mach 20 et qui se régénère en quelques secondes. Le pire, c’est qu’il est plutôt bon prof ! Il sait conserver l’ordre au sein de son cours : “Les tentatives d’assassinat ne doivent pas perturber les cours”. Mais attention, les élèves de la 3e E ne sont pas les seuls ! Un agent du ministère de la Défense surentraîné comme prof de sport et des tueurs à gages faisant office de professeurs remplaçants sont là pour les coacher et tenter eux-mêmes d’assassiner Korosensei.

Une année scolaire mouvementée est à prévoir au sein de cette classe qui tue !

Mon avis :

     « Nous sommes un classe d’assassins et notre cible à abattre est M. Koro notre professeur. » Voilà la citation qui résume le manga et que les personnages répètent 4 à 5 fois par tome. Certes c’est assez agaçant mais c’est de loin le seul gros défaut de ce manga. Très rapidement le lecteur est immergé dans cet univers fictionnel nouveau avec de rapides pages d’introductions. Cet extra-terrestre qui cherche à détruire la Terre mais qui laisse un délai d’un an pour le tuer pique rapidement la curiosité. Et le mystère suscité autour du personnage de M. Koro va très rapidement devenir un ressort narratif très utile à la suite du manga. En effet, des éléments de son passé personnels ressortent au fils des tomes. Le monstre, M.Koro est une espèce d’alien jaune avec des tentacules et qui peut se déplacer à Mach 20. Cependant, il n’en reste pas moins que c’est un excellent enseignant.

Assassination-Classroom-chapter-01

Outre ce trublion de M. Koro, le manga est très bien servi par son étonnante et pléthorique galerie de personnages des élèves de la classe E. Tous ayant droit a leur chapitre de développement ou même quelques informations distillés au choix. Vous avez par exemple Nagisa qui sera votre « aide-mémoire » sur tous les point faibles du prof : « Est légèrement fatigué après manger » ou encore « aime les fortes poitrines » ou encore Karma, le mauvais garçon mais qui est un surdoué bref tout le monde a son quart d’heure de gloire dans le manga et cela installe un très bon rythme au lieu de diviser la lecture. Par ailleurs la parité est aussi respectée puisque les filles ont aussi un rôle prépondérant dans l’équilibre du manga et de la classe.

Le bémol, c’est que le côté le meurtre et l’assassinat nous permettent de nous en sortir dans plusieurs situations données dans la vie, par exemple pendant un examen ou un match de base-ball.Ou même pour se venger d’une ex! Mais cela s’inscrit dans une sorte de pacte de crédulité volontaire entre le mangaka et son lecteur qui est la base de toute œuvre de fiction.

Les autres professeurs de la classe sont également mis plus ou moins à l’honneur. D’abord la pulpeuse Irina Pouvanovitch, la tueuse russe ayant de beaux atouts qui font tourner la tête de M. Koro est professeure de langues ( dans tous les sens du terme!) et malgré son air superficielle, elle apporte une profondeur inattendue au manga en plus d’être un ressort comique. De l’autre côté, il y a Tadaomi Karasuma, membre du ministère de la Défense du Japon qui est la pour rappeler l’enjeu et l’intérêt de la mission malgré le côté ludique qui se dégage tout au long du manga.

cosplay-wig-cos-assassination-of-the-classroom-irina-rabbi-qi-teacher-fake-caps-on-sale

Les formes « avantageuses » de Madame Pouffe.

Il y a un point de ce manga qui est également à ne pas oublier c’est la dimension sociale que prend l’œuvre. En effet la classe 3E dont viennent les élèves protagoniste est marginalisée vis à vis du reste de l’établissement subissant brimades, moqueries et autres coups bas. Alors certes ce genre de pratiques existe sans doute mais à petite échelle. Il est toujours intéressant d’aborder un manga d’un point de vue sociologique.

Du point de vue du dessin, il y a un style réel qui se dégage et qui oscille entre les traits comiques, où le détail donné pour une situation qui est parfaitement servie par le dessin. Cependant, la plume peut se faire plus précise afin d’appuyer certains détails notamment en ce qui concerne M.Koro. Du côté de l’histoire même si tout est plutôt décousu du fait que la forme ressemble plus a une série de sketchs, le tout reste cohérent et s’inscrit dans un univers fictionnel juste. En revanche les dialogues sont très souvent redondants et donc assez usants au fil des chapitres car le propos manque parfois de fraîcheur.

Bref ce manga n’est pas un copié-collé de GTO, Assassination Classroom a son propre style, fun et déjanté. Même si la trame scénaristique n’est pas une histoire rectiligne et que parfois le propos se disperse, ce manga offre un très bon divertissement.

Ma Note : 14/20

Alors oui ce n’est pas extraordinaire mais à la décharge d’Assassination Classroom, le manga est court, avec 21 tomes au total. L’univers est totalement décalé mais paradoxalement les faits sont très ancrés dans le réel. Reste à voir la tournure que prendra le manga mais celui-ci peut avoir un bel avenir devant lui.

L’anime est lui aussi de belle facture et est à la hauteur de ce que présente le manga. Il est découpé en deux saisons coïncidant avec le calendrier scolaire au Japon. Preuve encore une fois que ce manga est solidement ancré dans la culture japonaise.

Sources :

http://www.manga-news.com/index.php/serie/Assassination-classroom

http://www.manga-news.com/index.php/serie/Gto

Publicités

3 réflexions sur “Assassination Classroom: l’art de bien apprendre en tuant.

  1. Je ne connais pas le manga, n’ayant vu que l’anime sur NETFLIX. Mais j’avoue que j’ai beaucoup aimé le côté « décalé » et complètement assumé, qui repose sur l’idée de tuer le prof extraterrestre. J’ai bien rigolé !.. Mais je suis le 1er à reconnaître que ce n’est pas du grand art. Distrayant, en fin de journée. Très bonne analyse, en tous cas. 🙂

    J'aime

  2. J’ai arrêté le manga au bout de deux tomes pour regarder l’animé. Je trouve que l’animation colle mieux au personnage de M. Koro, qui est rapide et bouge partout. Sur papier je l’ai trouvé plat et pas assez dynamique. C’est la première fois que ça m’arrive, généralement je favorise le papier plutôt que l’animé ou les deux. ^^

    Après sans êtres exceptionnel, c’est plaisant et on s’attache rapidement aux personnages. Karma et Irina sont mes préférés ^^

    J'aime

  3. Ping: One Piece : la piraterie aux sommet du manga ! | La Page Culturelle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s