Deadpool : juste Deadpool

     Deadpool

   Le buzz a été fait dès la première bande d’annonce : un film pour l’un des plus célèbres personnages de l’univers Marvel. Entre le super héros et le super vilain : Wade Wilson alias Deadpool n’a eu droit qu’a un passage dans un film. Oui c’est X-Men Origins : Wolverine, où le personnage comme le film ont été saccagés sans vergogne de la part des réalisateurs et des scénaristes. Seulement Deadpool est de retour dans un film pour lui tout seul, un pari risqué mais est-il réussi ? Et bien sûr pas de spoil dans cette critique !

Synopsis :

Deadpool, est l’anti-héros le plus atypique de l’univers Marvel. A l’origine, il s’appelle Wade Wilson : un ancien militaire des Forces Spéciales devenu mercenaire. Après avoir subi une expérimentation hors norme qui va accélérer ses pouvoirs de guérison, il va devenir Deadpool. Armé de ses nouvelles capacités et d’un humour noir survolté, Deadpool va traquer l’homme qui a bien failli anéantir sa vie.

Mon avis :

        C’est une claque qui est donnée à tous les stéréotypes des films de super héros classique, ce film prend une autre dimension dans tout le ton décalé que prend la trame narrative. L’anarchie totale y est prônée mais c’est complètement réglé pour que cela soit réussi. Le personnage de Deadpool réclame cette cassure de tous les codes et le passage au cinéma ne fait pas exception. Tout d’abord dans l’intrigue comme tout bon héros, l’acquisition de ses super-pouvoirs implique une perte de quelque chose d’important. Pour Wilson c’est son apparence physique qui le rend selon la bande d’annonce « imbaisable », et c’est cela que Deadpool cherche à tout prix a récupérer en traquant son ancien tortionnaire Ajax.

         Cette quête de la perte est un premier paradoxe par rapport aux films dit « classiques » de super-héros. L’autre changement radical est sur le ton du film qui est une compilation d’humour gras et scatologique bien loin du langage épuré d’un Captain America, cela peut même parfois aller très loin. Le film est d’ailleurs truffé d’autres références cinématographiques plus ou moins positives : Star Wars; X-men Origins Wolverine; Le Seigneur des Anneaux, parmi les plus marquantes. C’est un bonheur de voir Ryan Reynolds s’éclater dans son rôle d’anti-héros déjanté, tandis que Morena Baccarin dans le rôle de Vanessa Carlysle sort de sa zone de confort. Même si ce personnage est censé être un mutant (Copycat : voir en source le personnage) le fait qu’il soit transformé n’est pas une perte bien au contraire, puisque le personnage est loin d’être une « demoiselle en détresse ».

       De plus, il y a deux autres mutants au sein du film : Colossus et Negasonic Teenage Warhead tous deux membres des X-Men et donc font figure d’autorité. Cependant Colossus fait office de Professeur Xavier (Patrick Stewart ou James Mc Avoy?) tourné en ridicule, prude, trop accroché à ses discours. Tandis que NTW joue le rôle d’une adolescente caricaturale qui fait continuellement la moue. Bref très loin des standards évoqués lorsque les X-Men sont mentionnés. Le regret, c’est que le méchant n’a pas réellement cette dimension parodique et ne sort pas des clichés classiques de bad guy, excepté le fait qu’il soit mutant.

        Sur le plan de la bande-son, la musique alterne entre le rap comme celui-ci qui à été une très bonne surprise à écouter :

Soit des morceaux plus classiques tels que Wham :

Des musiques qui honnêtement peuvent paraître décalées mais qui sont surtout des symbole de l’anarchie totale qui règne dans le film. Autre point sur la réalisation qui est très juste dans les différentes situations données et qui permettent au spectateur de saisir les enjeux de la scène montrée.

Ma Note : 18/20

       Ce film est clairement un OVNI dans l’univers très codifié des films de super-héros. Loin des tons trop sérieux des films Marvel et après le léger raté D’Ant-Man ce film redonne une poussée aux productions. Deadpool est l’un des rares films où l’ensemble des éléments correspondent à son héros. Le ton décalé, la réalisation, la musique, les plans et le découpage sont à l’image de Deadpool et respectent totalement le comics.

Les apartés où le héros brise le « quatrième mur » et s’adresse directement au public de la salle fonctionnent également puisque c’est le personnage qui demande cela. Ce qui est regrettable pour le film est sans doute l’accumulation d’humour gras qui dans certains rares moments sont mal dosés. Ou encore le fait que Deadpool soit tellement aux antipodes du super héros classique que l’on s’attende à certaines situations.

Je ne saurai trop vous conseiller d’aller voir ce film. Tout d’abord pour y passer un très bon moment mais surtout pour voir un autre style de super-héros. Deadpool est encore très méconnu du grand public qui ne s’intéresse pas forcément à la culture geek et pourtant il vaut le coup d’œil. Ce film apporte quelque chose de nouveau dans la culture cinématographique, avec son petit budget de 50-60 millions de dollars il a déjà réalisé 260 millions de bénéfices dans le monde au 15 février soit le meilleur démarrage pour un film déconseillé aux moins de 17 ans . A tel point que la presse spécialisée s’interroge sur une transformation du modèle économique des gros blockbusters, et Deadpool pourrait même faire de l’ombre à l’autre gros film attendu cette année, Captain America : Civil War.

Sources :

http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=146349.html

http://www.marvel-world.com/encyclopedie-1836-fiche-copycat-biographie.html

http://www.lepoint.fr/pop-culture/cinema/box-office-le-record-de-deadpool-ouvre-la-porte-a-un-nouveau-genre-15-02-2016-2018009_2923.php

8 réflexions sur “Deadpool : juste Deadpool

  1. Je veux bien , mais bon joué le coté méta , que pour le méta est vain , il attendra pour moi la case DVD , j ‘ attend plus de Batman V Superman qui sort la semaine de mon anniversaire , attention je n ‘ attend pas de celui ci le sous texte de  » the dark knight returns  » , mais une bonne baston entre le Kryptonnien et l ‘ orphelin de Gotham . un mot , X- Men ne prend pas de de S à la fin , c ‘est déjà un pluriel , bonne journée .

    J'aime

    • Ouais mais bon c’est le personnage qui demande ce côté méta un peu comme peut faire le Joker dans certains comics.
      Je pense que tout le monde en attends beaucoup mais j’ai peur que le film soit une déception a vouloir trop en faire.
      Ah oui merci petite coquille que je corrige de suite merci bonne journée a toi aussi.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s